1er ChallenGe de l’Atelier d’écriTure créatiVe

1er challenge de l'atelier d'écriture créative, plume écriture
Caroline de Parisian Shoegals  nous propose le 1er Challenge de l’Atelier d’Ecriture Créative qui consiste à écrire un texte ( une page Word maximum ) inspiré par une phrase donnée et auquel il faut absolument introduire 15 mots choisis par elle-même et les autres membres du jury… Car oui, nos laborieux textes vont être soumis à un jury bien qualifié dans le domaine de l’écriture : une journaliste culturelle, un écrivain publié, une amie travaillant dans l’édition et une critique littéraire ! Rien que ça ! ( et notre chère Caroline se cache derrière un de ces jurés ! )
Le choix de la forme est libre ( fiction, poème, drôle, fantastique, horreur… Up to us ! ) et 15 jours après la publication de la phrase et des mots imposés, le jury sélectionnera les 3 meilleurs textes ( que les participants auront écrits et publiés sur leur propre blog ) qui seront entièrement publiés sur le blog Parisian Shoegal  et ce seront  les lecteurs qui voteront pour élire le meilleur texte …
Passionnée de lectures et d’écriture, j’ai adoré ce concept dès que Caroline nous en a parlé et même si la 1ère phrase et les mots imposés m’ont tout d’abord désarçonnée !, j’ai pris ma plume ( et mon clavier ! ) à 2 mains et je me suis laissée porter par les mots !
Phrase : N’entends-tu pas monter l’appel de la nuit, les cris des oiseaux de proie et la lune qui se lève alors qu’hurlent les loups…
Les mots imposés sont écrits en gras dans mon texte ! Je ne sais pas ce que vous, jurés et lecteurs, en penserez mais j’ai pris beaucoup de plaisir à relever ce challenge… et j’attends de découvrir le prochain avec hâte !
Mon texte :

16h30

N’entends-tu pas monter l’appel de la nuit, les cris des oiseaux de proie et la lune qui se lève alors qu’hurlent les loups …”

Je referme le clapet de mon ordinateur d’un coup sec. Le bruit qui monte de plus en fort sous ma fenêtre m’indique que c’est l’heure de la sortie d’école et que le pedibus est prêt à partir… Je sais que mon moment de tranquillité est terminé. Nonobstant le fait que je prenne sur moi depuis trop longtemps, je ne supporte plus  de vivre en face de cette école trop pleine de ces bruits qui viennent m’interrompre  dans mon écriture à intervalles réguliers.

 Je préfère quitter mon appartement pour aller dans le petit caboulot en bas de ma rue… Pas terrible avec son décor usé jusqu’à la corde des sièges et sa clientèle, reine de la procrastination, qui passe son temps à gloser sur les uns et les autres… Mais, toujours assise sur la même banquette en velours écarlate, un peu en retrait, j’aime à y savourer mon verre de Lacryma Christi. Des brides de conversations s’échappent , un mari raconte à un ami la dernière cautèle qu’il a faite à sa femme pour pouvoir sortir tranquillement le soir même ( “ et aller voir sa maitresse ! ”, rajoute mon cerveau ), une marâtre vocifère au téléphone tout en tortillant l’oreille de son petit garçon qui, la bouche dégoulinante de chocolat, cherche à s’essuyer entre ses seins en tirant sur le décolleté de sa robe… Scène qui n’échappe pas au patron du bar ( “enfin, plutôt ses seins ! ” )

Il fait chaud et moite dans ce troquet, le vin m’est déjà monté à la tête ( “ ça t’apprendra à ne pas déjeuner ! ” ), je me lève avec une langueur de chat pour quitter cet endroit flippant… Ouf, un bol d’air me fera le plus grand bien ! Mais je tombe sur la parente en chef du pedibus… Encore plus flippante ! Grande, sèche, elle semble tout droit sortie d’un monde ésotérique avec sa tête de virago. Malgré sa sempiternelle pérégrination dans le quartier, tous les jours, les mêmes mots sortent de sa bouche comme si elle était un cicérone et les enfants, un groupe de touristes étrangers brandissant leurs appareils-photos ! Parfois, je me surprends à rêver d’être un psychopathe ( “ oui, je serais un homme dans ce cas-là ! ” ) armé d’une scie égoïne pour la faire taire et stopper le flot de mots débiles que rejette sa bouche botoxée de cinquantenaire qui ne sait plus quel âge elle a …

“ Aaargh, je n’en peux plus ! Je n’en peux plus ! ” Trop de bruit autour de moi… Je monte quatre à quatre les escaliers qui mènent  à mon appartement, prise d’une humeur de verrat hépatique, et je claque violemment la porte comme pour crier à l’extérieur que “ moi aussi, je peux faire du bruit !  ”

C’est décidé, demain, je cherche un nouvel appartement… Non, un nouveau quartier !

5 réflexions sur “1er ChallenGe de l’Atelier d’écriTure créatiVe

  1. C’est juste super. J’ai étais surprise , j’ai ri et j’ai passé un très bon moment à te lire. Jouer avec ces mots imposés n’ a pas du être facile mais le résultat me plaît beaucoup. J’attends le prochain avec impatience ….
    Bonne journée

  2. Merci, les filles, pour vos encouragements ! ça fait super plaisir … avant le  » verdict  » du jury !
    @berthe : sois rassurée, il y a quelques mots que je suis quand même aller chercher dans notre bon vieux dico Larousse pour connaitre leur définition ! 0:-)

  3. Woo, c’est génial d’avoir relevé ce challenge ! Sympa, le texte, et c’est vrai qu’il y a certains mots qui ne font pas du tout partie de mon vocabulaire !!😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s